La face cachée du logiciel libre

2 minute(s) de lecture

Je vous invite à lire le livre La face cachée du logiciel libre publié par inlibroveritas dont voici l’introduction :

Qu’est-ce que logiciel libre ?
Un logiciel libre est un logiciel dont l’utilisation, l’étude, la modification, la duplication et la diffusion sont universellement autorisées sans contrepartie (Cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Logiciel_libre). Dans la pratique, pour beaucoup de gens cela signifie un logiciel qu’ils peuvent télécharger et utiliser gratuitement. Vous utilisez tous les jours directement ou indirectement un logiciel libre. Même si votre ordinateur ne contient que des logiciels de la société Microsoft ou Apple. Car si vous vous connectez à Internet, vous serez amenés à utiliser les services d’un logiciel libre puisque bon nombre des sites web (entre 60% et 80% selon la méthode de calcul) reposent intégralement sur des solutions libres.
On constate également une bonne pénétration des logiciels libres sur l’ordinateur de monsieur tout le monde (comprenez un ordinateur avec Windows). Firefox pour naviguer sur Internet; Thunderbird pour lire son courrier électronique; Open Office pour réaliser des documents ; eMule et BitTorrent pour… télécharger légalement.
Pour finir, il existe même une philosophie du logiciel libre (Cf. http://www.gnu.org/philosophy/why-free.fr.html, par Richard Stallman) dont j’encourage la lecture en complément de cet ouvrage.

Pourquoi ce livre ?
L’objectif de ce livre n’est pas de vous convaincre d’utiliser ou de ne pas utiliser les logiciels libres. Le but n’est pas de prendre parti ou de répéter les arguments maintes fois entendus dans un camp ou dans l’autre. L’auteur cherche seulement à faire progresser le débat en l’abordant sous un autre angle.
Car on ne donne pas la parole à ceux pour qui le logiciel libre n’est pas un choix, mais quelque chose d’imposé (par exemple, les employées qui en seront les utilisateurs finaux dans les entreprises ou la fonction publique). Et souvent, il est impossible de discuter avec les activistes du libre. L’auteur a aussi voulu s’élever contre certains arguments qu’il juge invalides ou contre-productifs.

D’ailleurs, certains pourraient trouver excessifs les propos de M Stallman vis-à-vis des logiciels propriétaires; que l’on pourrait résumer ainsi : « je n’ai pas le droit de faire une copie d’un logiciel propriétaire ? Tant pis je prends le gauche ».

>>> Source sur : http://www.inlibroveritas.net