L’identification des personnes par la HADOPI

6 minute(s) de lecture

Un petit post inspiré de la news de {niKo[piK]} où l’on peut lire entre autre que Hadopi va étendre sa surveillance à d’autres sources, genre téléchargement direct, forum, moteur de recherche etc…

A chaque fois que je lis un article relatant les frasques de l’Hadopi je suis toujours interpellé par le principe d’identification des suspects.

Laissons de côté l’aspect “obstruction à la liberté”, “vol de données privées” etc… Je me doute que c’est LE sujet le plus critique et sujet à débat, mais regardons uniquement le processus qui permet à Hadopi d’identifier un coupable en comparaison au système bancaire.

D’abord un petit extrait d’un document de la CNIL (document complet ici)

Le monde du Paiement Bancaire

Dans le monde bancaire on applique à la lettre ce principe puisque que l’identification d’une personne est prouvée par la possession d’une carte bancaire (ce que l’on a) et un code secret (ce que l’on sait).

Le processus de livraison de ces deux informations ne peut être identique. Donc une carte est livrée par un canal de distribution et le code secret original doit être livré par un autre canal de distribution.

Lors d’un paiement bancaire sur internet, vous devez manipulez deux paramètres de l’authentification forte, j’ai donné ici la combinaison “Carte / Code Secret”, mais ça peut être autre chose comme une grille unique composée de nombres qui vous est donnée par votre banque. Lors de la confirmation du paiement, il vous est demandé le 4ème chiffre de la 22ème colonne de cette fameuse grille que vous êtes le seul à posséder.

En plus de tout ça, la banque doit vous offrir l’intégrité de votre message. Hors de question donc qu’un hacker qui se trouve au milieu puisse modifier le message pour envoyer le paiement vers un numéro de compte que lui seul maîtrise.

Pour l’intégrité du message, soit on fait appel à la signature (on se met au niveau des données), ou alors on fait appel au SSL qui est un tunnel qui garantit l’intégrité du message depuis le browser jusqu’au serveur. C’est un peu moins puissant mais c’est souvent accepté et acceptable.

Cette manière de procéder (les deux paramètres pour l’authentification forte + l’intégrité du message) va engendrer la “non-répudiation“ des données, c’est-à-dire l’impossibilité pour l’émetteur du message (ici du paiement bancaire) de nier qu’il est responsable de ce message.

Le monde Hadopi

En gros, Hadopi vous espionne pour savoir si vous téléchargez de manière illégale de la musique, des films, ou autres matériel protégé par le droit d’auteur.

Hadopi devrait être capable, comme dans le monde bancaire, de lever le bouclier “non-répudiation en cas de contestation de la part de l’accusé.

Hadopi peut-elle le faire ?

Non car Hadopi surveille des noeuds de réseau, et même si ces noeuds se trouvent chez le fournisseur d’accès internet :

  1. Une personne ne peut être liée à une IP, il n’y a pas moyen de faire ça tant que le fournisseur lui même ne fournit pas une méthode d’authentifation forte entre l’utilisateur et lui. Pour l’instant seul un code est demandé et les box sont interchangeables.
  2. En supposant que le point 1 est rempli (ça sous-entend que votre box est personnalisée, qu’elle vous a été donnée en main propre par une personne qui vous a demandé confirmation sur votre identité et que ce n’est pas la même personne qui vous a remis le code secret par défaut), il n’y a aucune intégrité sur les paquets qui sortent de votre machine, ça veut dire que tout ce que vous pensez envoyer comme info peut-être modifié avant d’arriver chez votre FAI.
  3. En supposant que le point 2 est rempli (ça sous-entend que TOUS vos paquets envoyés de votre machine sont soit signés, soit encryptés, histoire d’avoir l’intégrité des paquets), ça ne vous protège pas contre les virus, qui eux vont bénéficier de la position de man-in-the-browser.

Conclusion

Hadopi ne peut prouver une quelconque culpabilité tant qu’ils utilisent cette manière d’authentifier les personnes. Ils tentent malgré tout de lier un abonnement avec une personne physique, l’utilisation de cet abonnement rend responsable la personne physique abonnée de tout ce qui sort de la machine…Mais c’est de la grosse connerie. On ne PEUT PAS faire un lien entre une personne qui paye un abonnement et des trames TCP/IP qui arrivent chez le FAI, ce n’est pas fiable. C’est encore pire en tenant compte du fait que la Hadopi capture des paquets n’importe ou et ensuite contacte le FAI pour identifier le possesseur de l’IP.

En supposant que vous êtes infectés par un virus et que votre machine est contrôlée par un pirate, le pirate vous fait télécharger des chansons de manière illégales en clair et il récupère le tout depuis votre machine vers la sienne de manière cryptée. Que va déduire Hadopi avec ce qu’il peut voir ?

On peut même imaginer que le pirate ne souhaite pas profiter de votre téléchargement mais juste de vous nuire, ça le rendrait intraçable une fois le virus installé, et vous seriez seul coupable. Si la Hadopi va au procès, il vous sera impossible de prouver votre innocence car vous n’êtes peut-être pas au courant qu’un virus télécharge quelque chose.

A cela la Hadopi peut contre-attaquer en disant que chaque personne physique payant un abonnement est responsable de la “bonne santé” de la machine qui se connecte à l’internet. A cela je réponds une fois de plus que ce n’est pas recevable. Si vous allez sur des sites fiables, ces même sites ont peut-être été hackés et vous avez été victime via XSS ou SQL injection. Il ne faut pas oublier non plus que Comodo a été hacké (j’en parle ici) et ses certificats ont été corrompus, n’importe quel site équipé de ces certificats à cette époque (avant la révocation des certificats) était vulnérable et surtout pouvait être un “faux site” contrôlé par un hacker et donc susceptible de vous infecter, donc même avec la meilleure volonté du monde on ne peut pas garantir que sa machine est sans virus.

Les banques connaissent la problématique et remboursent le client en cas de problème car pour l’instant elles acceptent de vivre avec le risque. Quelle est la réponse de la Hadopi face aux personnes infectées et coupables selon elles de téléchargement ?

>>> Source : http://www.captainposix.net/?p=1398

>>> Licence : Creative Commons CC BY-SA