4 minute(s) de lecture

J’étais en train de lire l’article au titre bizarre L’école selon Microsoft : comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer l’éducation privatrice et fermée, un titre tellement bizarre que je ne l’ai toujours pas compris dans le contexte et cela me faisait penser à mon chef d’établissement qui prenait un malin plaisir à me relayer les mails de Microsoft, d’Apple ou parfois mieux ceux du référent informatique national quant aux promotions qu’on pourrait avoir chez Microsoft. Je ne comprends pas le titre de l’April mais je peux l’appliquer parfaitement dans mon contexte, j’ai pour ma part pris l’habitude de faire avec une école privatrice et fermée mais sans que cela soit une fatalité parce que mon école chez moi est libre, j’ai d’ailleurs la chance et la liberté de faire ce que je veux pourvu que ça marche, c’est certainement l’un des avantages de travailler dans le privé. Que le responsable national n’ait pas fait le chemin vers les solutions libres c’est certainement là la vraie question.

Microsoft, Apple, c’est le mastodonte, du marketing puissant, des propositions régulières, des prix chiffrés, des quantifications, du professionnalisme. Quoi qu’on puisse en penser compte tenu de la difficulté des solutions à mettre en place, du manque de compétence des enseignants dans le domaine qui sont complètement largués, une société vient taper à votre porte pour vous dire qu’elle prend tout en charge, quand il y a déjà tellement à faire, que les gouvernements successifs font du numérique une priorité bien pressante, et bien le responsable informatique il prend le carnet de chèque et il signe en faisant un gros ouf de soulagement.

Si aujourd’hui Microsoft trône largement dans les écoles, ce n’est pas parce que les inspecteurs, les responsables informatiques, les décisionnaires sont des bad boys c’est tout simplement parce qu’il n’y a pas d’offre libre visible, unie, tarifée et les experts qui vont avec. On va me dire que c’est faux et que moi même j’en suis l’exemple avec mes lycées sous Linux, mes PC sous debian, mes CMS libres, mes clouds libres, mes serveurs IPfire, mais il s’agit d’une solution que je propose dans mon coin, quand le frère Linuxien voisin doit certainement faire autre chose. La prestation de plus que je fournis n’est pas chiffrée, je n’ai jamais compté les heures perdues ni ne les ai facturées.

La moralité de l’histoire est toujours la même. Ce n’est pas le libre qui vient aux gens ce sont les gens qui vont au libre, le responsable informatique de ma fédération que je n’ai jamais rencontré n’a pas fait son cheminement vers le libre car peut être personne ne lui a montré la voie. Le slogan la route est longue mais la voie est libre devrait être complété par bien caché dans le maquis de la biodiversité que les libristes créent. Quelle solution libre choisir pour héberger son site il y en des centaines, dois-je choisir libreoffice ou openoffice, quelle distribution Linux pour faire mes postes clients ou mon serveur, il y en a des dizaines. Quand quelqu’un de gros, j’entends par là une institution comme Framasoft, l’April, l’Aful, j’arrête je pouffe de rire devant mon clavier, reprenons, quand les petites institutions nationales du libre feront l’effort de fusionner en laissant malheureusement les égos de côté et faire le choix de ne plus s’appeler président ou au moins mettront un portail de référence commun avec sur ce portail LA solution, qui est en fait une solution mais qui par des choix cartésiens et adaptés deviendra LA solution, qu’elles référenceront les entreprises qui sur le secteur auront signé une charte pour mettre en place LA solution, alors à ce moment là on pourra commencer à discuter des moyens pour mettre en œuvre le libre à l’école.

Pour l’instant on ne peut que continuer à se plaindre et si éventuellement on s’en faisait un peu, on s’interrogerait peut être sur ce qu’il faut faire pour qu’on parle sérieusement du libre dans les ministères sans que les gens aient besoin d’essayer de se mettre à la portée de cet univers si difficile à appréhender.

>>> Publié le  par 

>>> Source sur : http://cyrille-borne.com/post/2013/11/10/microsoft-a-lecole-cest-po-bien-mais-quelles-sont-les-propositions-denvergure-nationale-du-libre
>>> Autres articles sur le même sujet :
more