Philosophie du logiciel libre, vous dites ?

Parent page: Dossiers

Mon article précédent a fait grincer des dents. Ça tombe bien ! C’était fait pour.

Il y a ceux qui n’y voient aucun fond, ceux qui n’y reconnaissent aucune structure, ceux qui n’y lisent qu’un délire sémantique, ceux qui corrigent ma copie et me font la leçon de philosophie du logiciel libre. Puis il y a ceux qui me prennent, fort heureusement, un peu plus au sérieux et m’obligent à m’expliquer et prolongent le débat en y versant des pièces intéressantes. Ceux-là, tous ceux-là, oui, même ceux qui se figurent que je suis un singe, tous, je les remercie. Un peu plus, c’est certain, ceux qui acceptent le débat, cela va de soi.

Jouons à un petit jeu de reformulation, voulez-vous, juste pour mettre à jour ce que d’aucuns peinent à lire ou comprendre. Voici, révélé, à ceux qui ne sont pas parvenus à le saisir, l’essentiel de l’article précédent :

Certaines personnalités du mouvement dit du Logiciel Libre revendiquent la devise républicaine française : liberté, égalité, fraternité. — Est-ce une revendication raisonnée ou une récupération opportune ? — Fallacieux, selon moi. Trompeur, serait plus juste. Pourquoi ?

Conséquemment, il faut reprendre la définition devenue canonique, dans le milieu du logiciel libre, pour tenter d’apprécier la pertinence de cette récupération parce que, dans le sens commun, un objet n’est pas libre sinon métaphoriquement.

Voici la définition de la FSF (ébauchée dans les années 1980 par RMS) :

  • la liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages ;
  • la liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de l’adapter à ses besoins ;
  • la liberté de redistribuer des copies du programme (ce qui implique la possibilité aussi bien de donner que de vendre des copies) ;
  • la liberté d’améliorer le programme et de distribuer ces améliorations au public, pour en faire profiter toute la communauté.

Cette définition, même si elle paraît bien « restreinte » au logiciel, comme le remarque Benjamin Bayart dans le texte d’une de ses conférences (2004), n’en est pas moins trompeuse. Si, comme beaucoup l’affirment, elle ne concerne que le code et rien que le code, alors on ne peut comprendre que difficilement comment l’on pourrait ranger sous la même bannière du code et des hommes parce que la devise républicaine française s’applique aux citoyens non aux objets (code ou chaise). Ce qui en soi serait absurde, c’est-à-dire ressenti ou perçu comme contraire à la raison ou au sens commun.

La spécialisation communautaire a consacré un usage pour le moins curieux sinon aberrant : on persiste à qualifier un logiciel de libre en (se) laissant accroire que la définition proposée depuis les années 1980 par RMS concernerait le code et rien que le code (logiciel). Ainsi, l’on peut dire d’un logiciel comme Diaspora* qu’il n’est qu’un logiciel alors même qu’il est distribué avec (sous) une licence qui établit une relation essentielle avec l’utilisateur… sans craindre le ridicule.

Or, cet usage consacré qui associe logiciel et libre, dans l’esprit de beaucoup, associe au code cet adjectif alors que si l’on prend la peine de relire la définition de la FSF, on s’aperçoit que ce n’est pas le code qui est visé directement. Un code n’est libre que si et seulement si sont reconnues certaines libertés bien déterminées à… l’utilisateur ! C’est, comme l’a dit Benjamin Bayart, une définition en creux. C’est pour cette raison qu’il proposait de requalifier ces logiciels de « libérateurs ». Une manière de rendre plus explicite que c’est d’abord et avant tout l’utilisateur qui doit être libéré.

L’histoire la plus effroyable, disais-je, avec la photo de l’entrée d’Auschwitz, devrait être là pour nous le rappeler : la liberté n’est pas le fait des objets mais des êtres vivants. Il ne suffit pas de qualifier quelque chose de libre pour qu’elle le soit, la liberté est un état, une condition définie par des règles de toujours relatives et de toujours restrictives. Ces restrictions s’appliquent à des hommes.

Si RMS se range derrière la devise de la République française ce n’est pas parce qu’il est idiot au point de croire que le FSF doit libérer du code : « Liberté, parce que les utilisateurs sont libres. Égalité, parce qu’ils disposent tous des mêmes libertés. Fraternité, parce que nous encourageons chacun à coopérer dans la communauté. » C’est l’utilisateur qui est directement concerné pas le code. Ce qui, manifestement, est interdit à la compréhension de beaucoup. Par imprégnation, la définition restreinte (ou logicielle) est assimilée une définition plus large et sociale, sciemment.

Cette assimilation a d’importantes implications : le mouvement du libre est ainsi tout imprégné des valeurs universalistes et devient porteur d’un idéal social. Un idéal trahi par certains développeurs et/ou administrateurs d’un certain réseau social qui n’ont pour modèle d’organisation sociale qu’une vision verticale et autoritaire.

 

>>> Source sur : http://blog-libre.org/post/2014/11/28/philosophie-du-logiciel-libre-vous-dites

août 2017
L M M J V S D
« Juil    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
  • REFONTE DU SITE EN COURS 30 juillet 2017
    sam7
  • Voyage au cœur de l’espace-temps (18) 7 octobre 2016
    – Epilogue – Ouverture vers une suite de la saga avec la nouvelle génération plus Claude dans une série ou apparaitra quelques fois, surtout dans le début, leurs parents, retraités du CTS, les premiers héros…. Affaire à suivre…………………. Proposition de suite: Les envahisseurs ont réussis à voler un engin équipé d’une PST et s’en vont[…]
    sam7geek
  • Voyage au cœur de l’espace-temps (17) 7 septembre 2016
    CHAPITRE NEUF La nouvelle génération J’ai faim et soif D’apprendre et de découvrir. Le voyage et l’aventure Sont encore les meilleurs moyens: Ils forment l’expérience. Mais il ne faut pas négliger L’éducation et l’instruction Qui sont riche De savoirs et de sagesses. Maxime de Claude Dolq Junior   – 17 – Reprise de la vie[…]
    sam7geek
Pages
Licence

*******
Sauf mentions contraires, le contenu des billets et pages de ce blog est diffusé sous licence CC-BY-SA (ou équivalente).
Les images & vidéos sont quant à elles diffusées sous leurs licences respectives (libre je l'espère).
Je m'efforce de diffuser exclusivement du contenu sous licence libre...
... si nécessaire / en cas de doute, faites-moi signe et je ferais le nécessaire.
*******

  • 0
  • 149
  • 6 013
  • 35 811
  • 1 889 892
Welcome , today is jeudi, 17 août 2017