2 minute(s) de lecture

Le fantastique est un registre littéraire que l’on peut décrire comme l’intrusion du surnaturel dans le cadre réaliste d’un récit. Il se distingue du merveilleux par une hésitation entre le surnaturel et le naturel, le possible ou l’impossible et parfois entre le logique et l’illogique. En effet le fantastique défie parfois la logique comme dans un rêve. Il ne faut donc pas le confondre avec le merveilleux qui fait appel au surnaturel mais dans lequel, une fois acceptés les présupposés d’un monde magique, les choses se déroulent de manière presque normale et familière. Dans le fantastique au contraire, cette hésitation produit un récit étrange et inquiétant où les règles ne sont jamais posées une fois pour toutes, ce qui lui donne sa saveur onirique ou déroutante.

Ce caractère fantastique peut être mêlé à d’autres genres : policier, science-fiction, horreur, contes, romances, aventures ou encore merveilleux lui-même. Le fantastique se traduit au fond, quel que soit le genre dans lequel il s’introduit, par une impression de rêve au sein d’un récit apparemment réaliste.

Selon le théoricien de la littérature Tzvetan Todorov, le fantastique ne serait présent que dans l’hésitation entre l’acceptation du surnaturel en tant que tel et une tentative d’explication rationnelle. En cela, le fantastique est situé entre le merveilleux (et son incarnation contemporaine, la fantasy), dans lequel le surnaturel est accepté et justifié car le cadre est imaginaire et irréaliste, et l’épouvante, où il est accepté dans un monde « normal ». Contrairement à ces deux genres, le héros fantastique, comme le lecteur, a presque systématiquement une réaction de refus, de rejet ou de peur face aux événements surnaturels qui surviennent.

Cette définition plaçant le fantastique à la frontière de l’étrange et du merveilleux est généralement acceptée, mais a fait l’objet de nombreuses controverses, telle que celle menée par Stanislas Lem.

Le fantastique est très souvent lié à une atmosphère particulière, une sorte de crispation due à la rencontre de l’impossible. La peur est souvent présente, que ce soit chez le héros ou dans une volonté de l’auteur de provoquer l’angoisse chez le lecteur ; néanmoins ce n’est pas une condition sine qua non du fantastique.

Le fantastique en littérature ne doit donc pas être confondu avec le merveilleux (où le surnaturel est posé et accepté d’emblée), avec la science-fiction (qui est rationnelle) ou avec l’horreur, bien que ces genres puissent se mélanger. Par contre au cinéma le genre regroupe à la fois le fantastique et le merveilleux et souvent aussi, bien que cela soit critiqué, la science-fiction ou l’horreur (cf. article cinéma fantastique).

>>> Source & plus d’infos sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fantastique

more